La réalité du chercheur d’emploi a drastiquement changé dans les dernières années, notamment avec l’utilisation grandissante des réseaux sociaux dans les processus de recrutement. Pour que les recruteurs accèdent aux bonnes informations, il est important d’être très attentif à la façon dont vous gérez et utilisez vos réseaux sociaux.

Voici 3 erreurs à ne pas commettre pour ne pas compromettre vos chances d’être recruté.

Erreur n01 : publier des contenus inappropriés

Bien que ces informations soient souvent de nature personnelle, si vous exprimez votre point de vue sur des questions sociales, religieuses ou politiques, vous devez toujours faire preuve de prudence, car certaines personnes pourraient être choquées par votre ligne de pensée. Des contenus ou commentaires racistes, haineux, sexistes, etc. (même sous forme de plaisanterie) ne joueront probablement pas en votre faveur dans le processus de recrutement.

Ainsi, selon une étude de PR Newswire, 38 % des employeurs utilisent les médias sociaux pour en savoir plus sur un candidat potentiel et 53 % de ces employeurs refusent des candidats parce que ceux-ci affichent des commentaires ou des photos inappropriées sur le Web. Malgré tout, à peine 12 % des candidats croient que ce qu’ils publient sur les médias sociaux est important pour leur carrière, selon la revue Career Builder.

Il faut donc toujours rester attentif et se poser la question avant chaque publication : « Qu’est-ce que cela dit de moi? Est-ce que cela pourrait me nuire un jour? »

Alors que la plupart des candidats sont conscients que de se montrer en train de faire la fête n’est pas vraiment approprié pour des réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn, ils oublient souvent les dangers de mettre ces publications sur Facebook ou Instagram. Évitez également d’aimer publiquement des pages Facebook comme « 10 raisons de ne pas travailler! », et réfléchissez à deux fois avant d’aimer, de suivre ou de vous abonner à une page ou groupe.

À NOTER! Si vous avez configuré les paramètres de confidentialité de votre profil et de vos publications (ce qui est indispensable), vous pourriez penser que vous êtes protégé et que votre contenu n’est pas visible. Détrompez-vous : même si vos comptes sont verrouillés et que seuls vos amis y ont accès, ils peuvent partager à leur tour ce que vous avez mis en ligne et mettre votre confidentialité en danger. Ainsi, des inconnus – dont les recruteurs – pourraient avoir accès à votre contenu.

Erreur n02 : critiquer publiquement votre (ancien) lieu de travail, les recruteurs ou les membres de votre (ancienne) équipe

De nombreuses personnes ont, par le passé, fait part de leurs difficultés au travail sur les médias sociaux. Selon une enquête NETendances réalisée par le CEFRIO, près d’un adulte québécois utilisateur de réseaux sociaux sur trois (32 %) a publié au moins un commentaire positif ou négatif à propos d’une marque ou d’une entreprise en 2018. Malheureusement pour certains, cela s’est vite retourné contre eux. Parler négativement de votre patron ou de l’entreprise pour laquelle vous travaillez sur les médias sociaux est rarement une stratégie payante et peut même avoir des conséquences désastreuses sur votre employabilité. En effet, un recruteur potentiel voyant ce genre de publications pourrait avoir peur de se retrouver dans une pareille situation et que cela nuise à l’image de l’organisation.

Rappelez-vous encore une fois que votre public peut être beaucoup plus large que vous ne le pensez. En effet, vous ne contrôlez pas ce que vos amis ou abonnés partagent sur leurs réseaux.

Erreur n03 : tutoyer de façon systématique et négliger l’orthographe

Les réseaux sociaux encouragent et facilitent les échanges. Ainsi, 47 % des jeunes québécois utilisateurs de réseaux sociaux de 18 à 24 ans ont envoyé des messages privés aux entreprises par ce bais.

Il est important de respecter certaines règles lorsqu’on s’adresse à un recruteur sur le Web. Si le tutoiement est une pratique assez répandue dans le monde du travail, il est préférable de ne pas l’utiliser pour le premier contact. Ainsi, pensez à vouvoyer le recruteur que vous contactez par le biais de son profil LinkedIn. Dans un même ordre d’idées, ne demandez pas à un employeur potentiel de devenir « ami » avec vous sur Facebook. Garder une certaine distance vous permettra de rester professionnel et d’éviter des malentendus.

Par ailleurs, soyez extrêmement attentif à l’orthographe de vos publications. Si votre lettre de présentation est bien écrite, mais que vos publications sont remplies de fautes, le recruteur sera tenté de mettre en doute vos capacités d’écriture, ce qui pourrait nuire à votre embauche si le poste nécessite cette compétence. Prendre 3 minutes de plus pour vérifier que vos publications sont bien écrites peut donc s’avérer payant!

En conclusion, vos réseaux sociaux sont le reflet de ce que vous êtes. Prenez soin de l’image qu’ils reflètent autant que de vous, et tout ira bien!

Par Anaïs Demoustier, chargée de projet – Recherche et communications, AXTRA